Site miroir du Centre d’Etude et de Recherche sur la Bipédie Initiale
Page d'Accueil Accueil
Plan Plan
Résumé Résumé
Statistiques Statistiques
Comment rédiger ? Comment rédiger ?
Quoi de neuf ? Quoi de neuf ?
Pourquoi ce site ? Qui sommes-nous ? Pourquoi ce site ? Qui sommes-nous ?
1) Théorie de la Bipédie Initiale, Theory of Initial Bipedalism, Die Theorie der URSPRÜNGLICHEN ZWEIFÜSSIGKEIT Théorie de la Bipédie Initiale, Theory of Initial Bipedalism, Die Theorie der URSPRÜNGLICHEN ZWEIFÜSSIGKEIT
2) BIPEDIA BIPEDIA
   - BIPEDIA n° 1
   - BIPEDIA n° 2
   - BIPEDIA n° 3
   - BIPEDIA n° 4
   - BIPEDIA n° 5
   - BIPEDIA n° 6
   - BIPEDIA n° 7
   - BIPEDIA n° 8
   - BIPEDIA n° 9
   - BIPEDIA n° 10
   - BIPEDIA n° 11
   - BIPEDIA n° 12
   - BIPEDIA n° 13
   - BIPEDIA n° 14
   - BIPEDIA n° 15
   - BIPEDIA n° 16
   - BIPEDIA n° 17
   - BIPEDIA n° 18
   - BIPEDIA n° 19
   - BIPEDIA n° 20
   - BIPEDIA n° 21
   - BIPEDIA n° 22
   - BIPEDIA n° 23
   - BIPEDIA n° 24
   - BIPEDIA n° 25
   - BIPEDIA n° 26
   - BIPEDIA n° 27
   - BIPEDIA n° 28
3) Téléchargement de BIPEDIA en PDF Téléchargement de BIPEDIA en PDF
4) Liens Internet Liens Internet
   - Cryptozoologie
   - Hominologie
   - Paléoanthropologie
Site réalisé avec BioSPIP
Ce site est optimisé pour tous les navigateurs qui respectent les normes internet !
Retour à la page d'accueil  BIPEDIA  BIPEDIA n° 1

BIPEDIA 1.2
Considérations préliminaires sur la structure phylétique du genre humain en référence à un BIPEDISME INITIAL

Première publication : septembre 1988, mise en ligne : lundi 16 juin 2003, François de Sarre


L’Homme révèle, dans son organisation, les traces d’une bien longue histoire. Il a su conserver dans sa structure anatomique de nombreuses caractéristiques d’un âge ancien du monde, quand aucune des formes d’Animaux supérieurs que nous connaissons n’existait encore de par les continents et les océans.

 

 A la suite de Charles Darwin, T. Huxley et E. Haeckel, les chercheurs contemporains sont souvent enclins à représenter le passé évolutif de l’homme moderne ( Homo sapiens ) par une série de formes intermédiaires allant de quadrupèdes "primitifs" aux hominiens bipèdes sub-récents, en passant par le stade des simiens arboricoles.

 C’est nier de toute évidence le primitivisme structural inhérent à la morphologie humaine.
D’autre part, on ne saurait passer sous silence le fait qu’il est pour le moins malaisé de faire procéder l’Homme de formes aussi spécialisées que sont les Singes, même si la collecte actuelle de fossiles semble abonder de preuves allant dans ce sens ! Le grand zoologiste français Pierre-Paul Grassé écrivait dans L’Homme en accusation ( Albin Michel, Paris, 1980 ) : "On a soutenu que le rameau humain s’est détaché d’une forme simienne archaïque. De cela nous ne sommes point assurés car les Primates les plus anciennement connus portent déjà la marque d’une spécialisation arboricole, qu’on ne retrouve dans l’anatomie ni de l’Homme, ni de l’Australopithèque".

 Il y aurait beaucoup à dire de Propliopithecus, Proconsul, Dryopithecus ou Ramapithecus, qui présentent tous d’indicutables traits humains, en plus des caractères qu’ils ont acquis postérieurement au sein de leurs lignées respectives. Quant à Oreopithecus bambolii qui, voici 10 millions d’années, menait dans les forêts de Toscane une vie semblable à celle de nos Gibbons actuels, il était si riche en caractères humains reliques que le Dr. J. Hürzeler était prêt à le considérer comme un Hominidé : fort raccourcissement de la face, prémolaires molarisées comme chez l’Homme, bassin large et court pas du tout de type simien. Le problème était qu’Oreopithecus avait des bras immenses de brachiateur et des jambes courtes... Cette structure composite ( en fait, un véritable paradoxe phylétique dans la perspective d’une ascendance simienne de l’Homme ! ) s’explique merveilleusement si l’on se réfère à un bipédisme initial !

 Cela n’est pas sans rappeler le cas de l’Homo habilis OH 62 de Donald Johanson, découvert en juillet 1986 à Olduvaï.... Les Australopithèques, ainsi que certaines formes à l’apparence voisine, représentent bien des lignées qui divergent de la souche humaine en évoluant vers un stade de singe anthropomorphe.

 Ce qui ne veut pas dire que les Gorilles et Chimpanzés actuels descendent de l’Australopithecus afarensis, par exemple. Ce serait tomber dans l’excès des paléontologues qui, sur la foi d’une simple convergence de forme, assignaient jadis Proconsul major comme l’ancêtre du Gorille, et Proconsul africanus comme celui du Chimpanzé...

 Tout au long de mes études de Zoologie, dans les années soixante, j’ai souvent entendu la fable du singe qui se met debout sur ses pattes de derrière "pour mieux épier ses ennemis et ses proies potentielles par dessus les hautes herbes de la savane"... Le tout n’était pas de rester debout, mais d’acquérir une démarche bipède permanente !

 Je ne connaissais pas encore Bernard Heuvelmans ( sinon par ses premiers livres de 1955 sur les Animaux ignorés qui avaient décidé de ma vocation de naturaliste ), ni les travaux des grands promoteurs de la théorie de la bipédie initiale : Max Westenhöfer, Serge Frechkop et Klaas de Snoo, mais je pensais qu’on sous-estimait largement le problème mécanique et psychomoteur d’un bipédisme parfait !

 Les australopithèques, du fait de la réduction de leur boîte crânienne, et du faible volume de leur cerveau, m’apparaissaient comme des formes ayant conservé une bipédie "résiduelle", comme à un degré moindre les singes anthropomorphes...

 Les observations de l’éthologue hollandais Adriaan Kortlandt [ Protohominid Behaviour in Primates, Symp.Zool.Soc., London, 10 : 61-88, 1963 ] étaient explicites : "Les singes anthropomorphes descendent d’ancêtres plus humains qui hantaient la savane. Les chimpanzés se déshominisèrent en s’enfonçant dans la forêt ". Ces observations montraient la réalité du phénomène de déshominisation, sur lequel Bernard Heuvelmans allait s’étendre, quand il écrit de façon significative dans son fameux livre L’Homme de Néanderthal est toujours vivant ( Plon, 1974 ) :

<< Le front devient plus fuyant, les mâchoires se développent, l’appareil masticateur plus puissant entraîne une amplification des crêtes osseuses du crâne auxquelles s’accrochent les muscles intéressés. La silhouette toute entière peut même se modifier : la tête s’enfonce dans les épaules, l’attitude devient de plus en plus penchée vers l’avant, elle tend vers l’horizontalité de la locomotion quadrupède. Tous les êtres atteints de déshominisation, non seulement cessent d’agir comme des Hommes, mais ils ressemblent de plus en plus à l’image qu’on se fait de la Bête >>.

 Considérons maintenant le genre Homo des systématiciens. Anatomiquement, l’Homme actuel, dit sapiens, est pour le zoologiste le seul représentant vivant ( répertorié ! ) de la famille des Hominidés. Il se caractérise par la station debout parfaite et le volume élevé du cerveau. L’Homme est un Mammifère, et appartient à l’ordre des Primates. Avec les Singes sans queue, il constitue le sous-ordre des Anthropomorphes.

Ce qu’on décrit, sur la base d’évidents critères de parenté, comme un "enracinement de l’Homme dans le monde animal", devrait être plutôt reconsidéré comme le résultat de filiations successives de Simiens déshominisés à partir de la souche humaine primitive !

 Biologiquement, l’Homme est un être non-spécialisé à l’extrême, capable néanmoins de s’adapter à des milieux très divers, non point par des modifications de son corps, mais en imaginant différents moyens de rémédier à ses insuffisances physiques ; alors que chez l’Animal, l’outil fait partie du corps ( museau et griffes du quadrupède, bec de l’oiseau, nageoires du poisson, etc. ), chez l’Homme l’outil est extérieur au corps.

Mais si par suite d’une baisse de son pouvoir imaginatif l’être humain en vient à utiliser son corps comme outil, il s’engage dans un processus évolutif qui le mène inéluctablement vers l’animalité... Comme l’ont suggéré les chercheurs américains E. Trinkaus et F. Smith, la plupart des caractères crâniens et mandibuliens de l’Homme de Néanderthal paraissent être en liaison avec une utilisation intensive de la denture antérieure à des fins non-masticatrices : la bouche devenant une sorte de "troisième main", ce qui ne reste pas sans conséquences sur la morphologie de la face et du crâne. Ainsi, la déshominisation va aller en s’accentuant... Des hominiens comme les pithécanthropes et certains australopithécoïdes pouvaient bien sûr encore se servir de pierres taillées, tout comme le chimpanzé utilise parfois un bâtonnet pour déterrer des termites.

 Phylogénétiquement, la distinction d’une famille des Hominidés ( et plus précisément d’une sous-famille des Homininés avec le genre Homo ) signifie pour le paléontologue que l’Homme dit moderne est l’ultime maillon d’une lignée de primates dont l’existence s’étend sur une longue durée, ce qui est strictement vrai.

 La comparaison avec l’histoire évolutive de certaines formes animales, et une vision restreinte du phénomène, où des organismes élaborés paraissent nécessairement procéder de structures plus simples, ont poussé les naturalistes à affirmer que les éléments successifs menant à l’Homo sapiens ont différé les uns des autres, dans un passé récent, comme le représentent les dessins suggestifs connus de tous [ série "montante" de Time- Life ].

 Or au contraire, tout indique que le morphotype humain est ancien [ = caractères originels de la sphéricité du crâne, de la marche bipède debout, de la non-spécialisation anatomique ] et performant [ gros cerveau, comportement social, bipédie fonctionnelle, excellente protection thermique ].

 Pour en revenir aux Hominidés sub-récents, souvent affublés du nom générique Homo, une constatation s’impose : ces êtres, en voie de déshominisation, sans renier leur attachement à la souche humaine, n’en évoluaient pas moins vers l’animalité [ dépassant le point d’aboutissement de la forme humaine sapiens, c’étaient en fait des ultra-humains ! ].

 Le genre Homo, réservé à l’Homme moderne et aux ancêtres géologiques dont il procède directement, doit être redéfini selon les critères suivants : crâne rond, front haut, menton bien développé, face réduite, langage articulé, position basse du larynx, pensée réfléchie, adaptation fonctionnelle des membres inférieurs à la marche ou à la course en terrain plat.

 L’Homme de "type moderne" est bien plus ancien qu’habituellement admis, et les anthropologues découvrant avec stupeur, comme à Qafzeh en Palestine, des vestiges dont le grand âge les surprend, ne sont pas au bout de leurs peines, ni de leurs émotions ! C’est toute une perception des origines de l’humanité qu’il nous faut revoir à la lumière des faits biologiques. A condition bien sûr qu’on veuille aborder le sujet sans idée préconçue ni parti pris.

 Les prochains numéros de BIPEDIA verront la publication de toute une série d’articles sur l’évolution de l’Homme et la phylogenèse des Vertébrés, se référant à la notion de bipédisme initial, dont nous venons rapidement d’évoquer certains aspects.

Répondre à cet article


Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF

DANS LA MEME RUBRIQUE :
-Emotional thought and the origin of Man
-INITIAL BIPEDALISM : an inquiry into zoological evidence


AUTEUR :
-François de Sarre
Précédent Haut de page Suivant
 
Copyright CERBI © 1998-2013 All rights reserved François de Sarre
Site officiel : http://perso.wanadoo.fr/initial.bipedalism/,
Site miroir : http://cerbi.ldi5.com
 admin  -  webmaster  -