Site miroir du Centre d’Etude et de Recherche sur la Bipédie Initiale
Page d'Accueil Accueil
Plan Plan
Résumé Résumé
Statistiques Statistiques
Comment rédiger ? Comment rédiger ?
Quoi de neuf ? Quoi de neuf ?
Pourquoi ce site ? Qui sommes-nous ? Pourquoi ce site ? Qui sommes-nous ?
1) Théorie de la Bipédie Initiale, Theory of Initial Bipedalism, Die Theorie der URSPRÜNGLICHEN ZWEIFÜSSIGKEIT Théorie de la Bipédie Initiale, Theory of Initial Bipedalism, Die Theorie der URSPRÜNGLICHEN ZWEIFÜSSIGKEIT
2) BIPEDIA BIPEDIA
   - BIPEDIA n° 1
   - BIPEDIA n° 2
   - BIPEDIA n° 3
   - BIPEDIA n° 4
   - BIPEDIA n° 5
   - BIPEDIA n° 6
   - BIPEDIA n° 7
   - BIPEDIA n° 8
   - BIPEDIA n° 9
   - BIPEDIA n° 10
   - BIPEDIA n° 11
   - BIPEDIA n° 12
   - BIPEDIA n° 13
   - BIPEDIA n° 14
   - BIPEDIA n° 15
   - BIPEDIA n° 16
   - BIPEDIA n° 17
   - BIPEDIA n° 18
   - BIPEDIA n° 19
   - BIPEDIA n° 20
   - BIPEDIA n° 21
   - BIPEDIA n° 22
   - BIPEDIA n° 23
   - BIPEDIA n° 24
   - BIPEDIA n° 25
   - BIPEDIA n° 26
   - BIPEDIA n° 27
   - BIPEDIA n° 28
3) Téléchargement de BIPEDIA en PDF Téléchargement de BIPEDIA en PDF
4) Liens Internet Liens Internet
   - Cryptozoologie
   - Hominologie
   - Paléoanthropologie
Site réalisé avec BioSPIP
Ce site est optimisé pour tous les navigateurs qui respectent les normes internet !
Retour à la page d'accueil  BIPEDIA  BIPEDIA n° 4

BIPEDIA 4.2
RECHERCHES SUR DES HOMINIENS INCONNUS DE REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE
PAR CHRISTIAN LE NOËL

Première publication : mars 1990, mise en ligne : vendredi 20 juin 2003


 A l’aube du XXI° siècle, il reste encore des zones d’ombre en ce qui concerne les races d’hominiens qui ont peuplé ou qui peuplent peut-être encore certaines contrées de notre planète.
 L’Afrique est, avec l’Asie, le continent où la tradition, les légendes, et quelquefois les témoignages, parlent d’hominiens apparemment inconnus ayant vécu ou vivant encore dans certaines régions peu peuplées, car souvent difficiles d’accès. En Centre-Afrique par exemple, la tradition parle de "Nains de brousse" sortes de pygmées de savane, dont quelques représentants survivraient peut-être encore de nos jours dans les régions du nord-est. D’après la description qu’en font les indigènes, ces "Nains de brousse" auraient la stature d’un enfant de dix ans et seraient très trapus et d’une grande vigueur. Leur teint serait noir. Ils parlent, possèdent des armes de chasse et des pagnes de peau, mais ne construisent pas de huttes ni aucune habitation.
 Si on en croit la tradition, ces êtres fréquentent surtout les lieux boisés et rocheux de la savane soudano-guinéenne. Ils se nourrissent de racines, de baies et de miel sauvage. Dans ces descriptions, les indigènes s’accordent tous à reconnaître que les Nains de brousse auraient le pouvoir d’ôter la volonté à l’homme que le hasard met sur son chemin dans les contrées isolées de la brousse ; ils pourraient ainsi contraindre un homme à les suivre pendant quelque temps, pour ensuite lui rendre sa totale liberté d’esprit. Celui qui a fait ainsi un séjour forcé avec les "Nains de brousse" revient souvent chez lui avec des connaissances dans l’art de soigner par les plantes. Dans les différentes régions de R.C.A., cette description est toujours la même, en outre chaque langue vernaculaire possède un nom spécifique pour désigner les "Nains de brousse" : les Bandas les nomment "Kara-Komba", littéralement ’’les singes-qui-portent-beaucoup’’, allusion à leur vigueur et aussi au fait qu’ils ont sans doute été employés au portage ; les Arabes de la région nord les appellent "Dam-Sako", mais il existe aussi un terme générique que l’on retrouve sur l’ensemble du territoire, c’est le nom "Toulou" ou "Toulé", ou encore "Tollé" suivant les tribus. Ce terme se retrouve encore dans la toponymie de certaines régions : il existe une rivière ’Toulou’ ; il y a aussi un abri sous roche de ’Toulou’ et un Kaga ( colline ) ’Toulou’.
 D’après la tradition, il y eut une époque lointaine où les Nains de brousse étaient relativement nombreux, et les Bantous les employaient aux besognes rudes, comme le portage. Vraisemblablement ils étaient considérés comme du gibier et mangés, comme en témoigne une relation de voyage d’un navigateur portugais du XVI° siècle qui raconte avoir assisté dans l’actuel Burkina-Fasso à une chasse à courre avec des chiens au cours de laquelle une famille entière de "Nains de brousse" fut abattue par les indigènes du lieu, qui les traquaient pour la viande.

’’ KARA - KOMBA ’’
ou
NAIN DE BROUSSE

[ d’après la description des indigènes ; dessin : Christian Le Noël ]

 Les témoignages de rencontres entre les Nains de brousse et les indigènes ne sont pas très rares. J’en ai recueilli deux qui m’ont semblé dignes de foi. Le premier dans la région nord, de la bouche d’un commerçant arabe du lieu : "Je m’appelle Oumar BOUKAR, j’ai 50 ans ; en 1965, j’étais prospecteur de diamants dans la région de Ouadda. Avec 9 compagnons, nous étions partis sur la piste de Pata, à la hauteur du village de Tchanga. Nous avions l’intention de nous procurer de la viande de chasse. Nous suivions les traces fraîches d’une antilope qui venait de traverser la piste, lorsqu’à un certain moment la végétation devint assez dense et je me suis trouvé isolé de mes compagnons. Tout à coup, au milieu des fourrés, je me suis trouvé en présence d’un "Nain de brousse" que nous appelons Dam-Sako. Il avait une taille d’environ 1 m 10, mais son corps était très large. Il portait une petite hache sur le dos, il était vêtu d’un cache-sexe en cuir d’animal et d’une espèce de paire de sandales grossières, il était noir avec le crâne rasé, il ressemblait à un homme noir, mais de la taille d’un enfant. Je tentais de le saisir en le prenant dans mes bras, il se mit à pousser des cris sourds incompréhensibles. Très facilement, il se libéra de son étreinte pour disparaître dans la végétation environnante ; à ce moment précis, ma tête se mit à tourner et j’avais complètement perdu le sens de l’orientation. Je restai sans bouger et je commençai à dire mes prières, car je suis musulman. J’étais tellement mal à l’aise que je croyais ma dernière heure arrivée. Au bout d’un moment, j’entendis au loin mes compagnons qui m’appelaient. Je répondis, et bientôt je fus rejoint par eux. Les Dam-Sako sont assez nombreux dans cette région, mais on ne les rencontre que très rarement, car ils se cachent des hommes".
 Ce témoignage a été recueilli grâce au Frère Pierre de la mission catholique de Ndélé. Le second témoignage est une aventure arrivée à un Père missionnaire de Yppi ; il m’a été rapporté par le Père Fischer de la mission catholique de Birao.
 Un des Pères de la mission de Yppi avait l’habitude de saluer tous les indigènes qu’il rencontrait sur les pistes de brousse. Un jour où il circulait en 2 CV sur une de ces petites pistes reliant deux hameaux, il aperçut ce qu’il prit pour un garçonnet. Il ralentit à sa hauteur et le salua dans la langue du pays. N’ayant pas reçu de réponse, il arrêta sa voiture un peu plus loin et descendit pour parler à l’inconnu, tout en lui tendant la main ; l’inconnu la saisit et serra si fort que le brave Père eut l’impression qu’on lui broyait la main dans un étau. Comme il racontait son aventure à son retour à la mission, les indigènes lui dirent en riant qu’il avait sans doute rencontré un "Nain de brousse" qui sont réputés pour leur force ! Il serait intéressant d’interroger ce Père missionnaire qui, à ma connaissance, est peut-être un des rares Européens à avoir vu de très près un de ces fameux ’Kara-Komba’’, dont parlent les Noirs de cette région de la R.C.A.
 Sur tout le territoire, on peut découvrir sur les affleurements rocheux de petites cupules d’environ 5 à 6 cm de diamètre. Les Noirs prétendent que ce sont les traces laissées par ’Toulou’ pour bâtir sa maison ! Ces cupules sont visiblement creusées de main d’homme, en général elles sont par deux ou par quatre, distantes de vingt à trente centimètres. A quoi peuvent-elles servir ? J’ai vu les mêmes dans la région de St Etienne en France.
 Personnellement, j’ai deux fois été mis en présence de traces fraîches dans des régions très isolées, où il n’y avait pas de village à moins de cent kilomètres. Ces traces étaient visiblement des traces de pieds humains, mais de très petite taille, comme celles d’un garçonnet. Or, il est exclu qu’un enfant puisse survivre seul à plus de cent kilomètres de tout village ! Dans ces régions inhospitalières, les indigènes ne se déplacent qu’en groupe. Ces traces de pas ont une longueur d’environ 15 à 18 cm, et les enjambées ne dépassent pas 50 cm.
 Que peuvent être ces Nains de brousse ? Peut-être de lointains descendants reliques de la race Koïsan dont les peintures rupestres sont parvenues jusqu’à nous. Il semblerait que certains d’entre eux seraient encore présents dans une région boisée du Kenya. Là aussi, des témoignages récents d’indigènes parlent de ’Nains de brousse’. Ecoutons la description qu’en fait l’un d’entre eux : "Ses yeux, sa bouche, étaient ceux d’un homme, et son visage n’était pas recouvert de poils, mais son front était très bas, plutôt comme celui d’un babouin". C’est en ces termes qu’un Kenyan décrit l’étrange créature qu’il aurait rencontrée un jour où il chassait dans la forêt et par laquelle il aurait été retenu prisonnier plus d’une heure.
 Il est à noter que le Kenya se trouve à plusieurs milliers de kilomètres de la R.C.A. et que ce témoignage ne semble pas pouvoir être influencé par les récits identiques de ce pays. Ces témoignages ont convaincu une sociologue française, Jacqueline ROUMEGUERE-EBERHARDT, maître de recherches au CNRS, que les hominiens connus jusqu’alors seulement par leurs restes fossilisés, sont peut-être encore vivants au Kenya ( 1, 2, 3 ). Pourquoi donc, se demande Madame ROUMEGUERE-EBERHARDT, l’Homo habilis et l’Homo erectus qui vivaient il y a 500 000 à 3 millions d’années ne seraient-ils pas toujours en vie, dans cette région où ils sont d’abord apparus ?
 Cette théorie pourrait être confirmée par le fait que la climatologie de ces régions a apparemment peu changé depuis ces temps lointains, du moins pas dans des proportions telles qu’elles auraient par des variations extrêmes fait disparaître une espèce bien adaptée. Par exemple, en R.C.A. où j’ai effectué des recherches sur les Nains de brousse, j’ai remarqué que la région la plus riche en témoignages était une région où pousse encore une plante fossile unique au monde, l’Encéphalartos. Cette plante existait déjà, il y a 20 à 30 millions d’années, donc était contemporaine des fameux dinosaures. C’est une sorte de grosse fougère à épines. Si cette plante a résisté au climat actuel, pourquoi pas une race d’hominiens !
 Pour ma part, la description par les indigènes de ces Nains de brousse me fait penser à celles faites par les légendes bretonnes décrivant les Korrigan et les farfadets, qui, eux aussi, seraient de petite taille et auraient le pouvoir d’enlever la volonté de leurs victimes pour leur faire faire tout ce qui leur passe par la tête.
 Dans la région de Bamingui a été découverte une grotte sur un ’Kaga’, dans laquelle étaient enfermés trois squelettes inconnus ; une étude approfondie serait nécessaire pour identifier avec exactitude l’origine et la nature exacte de ces trois squelettes, dont le mode de sépulture est inconnu dans cette région. Les indigènes interrogés prétendent que ces restes humains datent d’avant l’arrivée de leurs ancêtres dans le pays. Dans la région de Bamingui où les témoignages sur les Nains de brousse sont nombreux, le guide de chasse professionnel Alain MOUSIST a découvert, en février 1988, dans une grotte de la rivière Goumbiri, des peintures rupestres. C’est la première fois que de telles peintures sont découvertes en R.C.A., où jusqu’ici seules des gravures avaient été relevées.

Relevé de peintures rupestres
dans une grotte de la région de Bamingui.
Personnages avec ce qui semblerait être un varan.

 Un peu plus au nord dans la chaîne de collines qui domine la vallée de la rivière Aouk, existe aussi une série de grottes et d’avens creusés par l’eau de pluie dans le seul endroit du pays qui soit calcaire ( quelques centaines de mètres carrés ! ). Les indigènes des villages voisins prétendent que ces grottes servent de refuges aux Nains de brousse, et que certaines fois ils ont entendu de la musique sortir de ces grottes qui sont pratiquement inaccessibles, car elles sont pleines de ruches sauvages ; les abeilles africaines étant particulièrement agressives, il est difficile de pénétrer dans ces trous rocheux.
 Un dernier mystère serait à éclaircir dans cette région. Il existe des milliers de tas de rognons de latérite, visiblement édifiés de main d’homme. Là aussi, aucun indigène n’est capable de dire à quoi peuvent servir ces petits tumulus d’un mètre cube environ. Ils se contentent de dire : "Ce sont des gens avant nous qui ont fait cela, avant nos parents ". Il est très difficile d’ouvrir ces tumuli, car les rognons de latérite se sont ressoudés avec le temps et forment un bloc aussi dur que du béton.
 L’archéologue P. VIDAL qui effectue des recherches pour le CNRS dans la région de Bouar sur les mégalithes, est passé dans cette région et a découvert un squelette dans l’abri de Toulou sur la piste de Ndélé-Birao, squelette d’homme normal daté par le C-14 à 400 ans.
 En 1988, un fait étrange s’est produit dans la préfecture de la Lobaye : des chasseurs locaux africains, partis en forêt, abattent un être qu’ils avaient pris tout d’abord pour un grand singe, mais qui ressemblait si fort à un humain qu’ils n’osèrent pas le dépecer pour le manger.
 Ils l’apportèrent au sous-préfet. Celui-ci, intrigué, en fit une description qu’il envoya dans un rapport officiel au chef de l’Etat, le général KOLIMBA. Celui-ci aurait noté en marge de ce rapport : "Dommage pour la science ! ". Convaincu qu’ils n’étaient pas en présence d’un animal, mais d’un hominien inconnu, les chasseurs enterrèrent la dépouille plutôt que de la manger. Quand on connaît l’attrait des populations africaines pour la viande de chasse en général et la viande de singe en particulier, il faut que cet être soit vraiment proche d’un être humain pour ne pas avoir été mis à la broche.
 Pourquoi ces hominiens auraient-ils jusqu’ici échappé à une étude approfondie ? Sans doute parce que traqués pendant des millénaires par l’Homo sapiens noir, ils sont devenus méfiants et rares. Leur reproduction elle-même est sans doute devenue difficile du fait de leurs conditions de vie précaire et furtive, peut-être même complètement nocturne. Leur existence nomade dans un pays si vaste ne favorise pas les observations.
 Dans la brousse, certains hameaux de tribus actuelles sont totalement inconnus : pendant l’épidémie de choléra au Tchad, en 1969, les autorités découvrirent des tribus qui avaient échappé à tout contrôle de l’administration depuis des années, vivant dans des zones sans accès. Il avait fallu cette épidémie exceptionnelle pour que des hélicoptères militaires prospectent ces régions à des fins de vaccination pour découvrir ces populations sédentaires inconnues, c’est-à-dire qu’il est relativement facile pour de petits groupes humains de passer inaperçus, surtout s’ils se cachent délibérément.
 Ni des animaux... ni hommes au sens moderne du terme, alors quels peuvent être ces hominiens inconnus ? Une passionnante énigme à élucider à l’aube de notre XXI° siècle, où tous les mystères de nos origines sont loin d’avoir été entièrement expliqués.

 

  • (1) ROUMEGUERE-EBERHARDT, Jacqueline
    1984 - Enquêtes Récentes sur des Hominoïdes Inconnus en Afrique Orientale.
    Communication faite pour le 3ème Congrès de l’ISC, Université de Paris VI ( Jussieu ), Juin.
  • (2) ROUMEGUERE-EBERHARDT, Jacqueline
    1990 - Dossier X - Les Hominidés non identifiés d’Afrique.
    Paris, Robert Laffont.
  • (3) ANONYMOUS
    1979 - Monsieur X, Ape-Man - Fate, vol. 32 : 23-26 ( July ).

Répondre à cet article


Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)


afficher une version imprimable de cet article Imprimer l'article
générer une version PDF de cet article Article au format PDF

DANS LA MEME RUBRIQUE :
-MAN, AS AN ANCESTRAL VERTEBRATE
-UNE FIGURATION DE L’HOMME SAUVAGE DANS LES PYRENEES ?
-ETAT ACTUEL DE LA QUESTION DU YETI


Précédent Haut de page Suivant
 
Copyright CERBI © 1998-2013 All rights reserved François de Sarre
Site officiel : http://perso.wanadoo.fr/initial.bipedalism/,
Site miroir : http://cerbi.ldi5.com
 admin  -  webmaster  -